11/01/2021

Influenza aviaire hautement pathogène -
Situation en France et rappel des mesures de protection

Il y a un peu plus de trois semaines, le 16 novembre, la France détectait un premier foyer d'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) dans une animalerie de Haute-Corse. Deux autres foyers, en lien épidémiologique avec le premier, ont été confirmés dans des animaleries situées dans les Yvelines et en Corse du Sud.
Par ailleurs, d'autres cas d'IAHP ont été confirmés sur des oiseaux sauvages dans le Morbihan, en Loire Atlantique et en Meurthe et Moselle et un premier foyer vient d'êfre détecté dans un élevage de canards dans les Landes.
Le virus H5N8, non transmissible à l'Homme, circule donc activement dans la faune sauvage en Europe par l'intermédiaire des oiseaux migrateurs.
La vigilance reste impérative pour éviter la propagation de la maladie.
Je rappelle la nécessité d'appliquer strictement les mesures de protection prévues par la réglementation en situation de risque IAHP élevé.
Il semble notamment que des particuliers possédant des basses-cours ne respectent pas les mesures de biosécurité et n'ont pas procédé à la claustration de leurs volailles.
Ces mesures de biosécurité sont des mesures générales, et souvent de bon sens, qui visent à prévenir la transmission de maladies aux animaux. Il s'agit par exemple :

  •  d'exercer une surveillance quotidienne des oiseaux.

Si une mortalité anormale est constatée, conserver les cadavres et contacter le vétérinaire ou les services de l'Etat ;  

  • de limiter l'accès de la basse-cour aux seules personnes indispensables à son entretien, en utilisant des vêtements dédiés.
  • de protéger les stocks d'aliments des oiseaux sauvages ;  
  • de ne jamais utiliser d'eaux de pluie, de mare, de ruisseau pour le nettoyage de l'élevage ,  
  • de réaliser un nettoyage régulier des bâtiments et du matériel utilisé pour la basse-cour.

Le détail des mesures de biosécurité est repris dans le document ci-dessous.
La claustration des volailles, ou leur protection par des filets, vise à interdire tout contact entre la basse-cour et les oiseaux sauvages. Il s'agit d'une mesure fondamentale dans la prévention de la transmission de la maladie,

Le Préfet de l'Aisne

201211_grippe aviaire.jpg

En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.

Flash Infos