19/05/2020

COVID 19 :  Controle technique des véhicules légers - Communiqué du 19/05/2020
LE GOUVERNEMENT FIXE LE DÉLAI DE TOLÉRANCE AU 23 JUIN 2020 INCLUS
Alors que les centres de contrôle technique ont rouvert sur l’ensemble du territoire et de façon à ne pas pénaliser les automobilistes confinés pendant la période de crise sanitaire, le Gouvernement fixe la fin du délai de tolérance pour réaliser son contrôle technique au 23 juin 2020.
Avec plus de 6 000 centres actifs partout en France, le Gouvernement rappelle que tous les contrôles (visite technique périodique, contre-visite, visite complémentaire, contre-visite complémentaire) devront être réalisés le 23 juin 2020 au plus tard.

Les automobilistes concernés sont ceux dont le contrôle technique est arrivé à échéance depuis le 12 mars. Après avoir bénéficié d’un prolongement pendant le confinement, ils disposent désormais de plus d'un mois pour s'organiser. Pour les autres véhicules, le calendrier réglementaire légal poursuit son cours et les échéances ne sont pas modifiées.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire ainsi que le Conseil National des Professions de l’Automobile (CNPA) rappellent l’importance de réaliser le contrôle technique pour l’ensemble des automobilistes pour assurer leur sécurité et limiter les émissions polluantes de leur  véhicule.
Par ailleurs, ils recommandent aux Français de ne pas attendre la date limite de tolérance, fixée au 23 juin 2020 inclus, pour réaliser leur contrôle technique pour plusieurs raisons :
• S'assurer que son véhicule ne présente pas de défaillance majeure liée à la sécurité routière ou à l'environnement ;
• S'assurer d'avoir un rendez-vous dans les temps afin de ne pas maintenir en circulation un véhicule en défaut de contrôle technique ;
• Permettre aux centres de contrôle technique d'organiser leur planning de rendez-vous de manière à respecter scrupuleusement les mesures sanitaires

Préfecture de l’Aisne

COVID 19 :  Stratégie de déconfinement - Communiqué du 10/05/2020
DÉPISTER, TRACER, ISOLER

Le 11 mai débutera la sortie progressive du confinement. La stratégie de déconfinement s’appuie notamment sur l’engagement d’une politique ciblée, consistant, à la lumière de la loi en cours d’adoption au Parlement :

- à dépister rapidement les personnes symptomatiques, à la suite d’un contact qu’elles sont invitées à prendre, en cas de symptômes du Covid 19, avec leur médecin ;
- à retrouver toutes les personnes ayant été en contact avec les personnes testées comme positives au Covid 19, et déterminer celles d’entre elles qui peuvent être considérées comme des cas à risque en raison de la nature ce contact ;
- à recommander vivement aux personnes positives, comme à celles considérées comme des cas de contact à risque, un isolement volontaire de deux semaines environ, de préférence à leur domicile, afin de ne pas laisser se développer des chaînes de transmission du coronavirus.

Concrètement, une personne présentant des symptômes du Covid-19, doit donc immédiatement contacter son médecin qui prescrira, s'il l'estime nécessaire, un test de dépistage virologique et l’orientera vers un lieu de prélèvement par des professionnels de santé. Ce test est remboursé à 100 % par l'assurance maladie. Le médecin donnera également des recommandations si la personne partage son foyer avec d’autres.
Dès que le médecin aura connaissance d’un test positif, il informera sans tarder une plateforme mise en place 7 jours sur 7 par la caisse primaire d’assurance maladie en signalant le cas et en communiquant tout élément en sa possession permettant à la plateforme d’identifier les éventuels cas contacts à risque. Il s’agira des personnes (hors foyer) ayant eu un contact répondant à certains critères avec le patient dans les 48 heures précédant l’apparition des premiers symptômes et jusqu’au moment de son dépistage.
Ces cas contacts à risque seront également testés au bout de quelques jours et, quoi qu’il en soit, invités à s’isoler.
L'isolement des personnes repose sur deux principes, à savoir le volontariat et l'isolement à domicile. Par exception, l'isolement dans un lieu d'hébergement dédié, comme un hôtel, pourra être envisagé dans le cas où l'isolement à domicile serait à proscrire (par exemple du fait de la présence de personnes particulièrement  fragiles ou d’une très grande promiscuité). Des lieux d’hébergement sont identifiés par la préfecture et pourront être mobilisés.
Par ailleurs, des cellules d'appui sont constituées au sein de la préfecture et de chaque sous-préfecture du département pour aider les personnes isolées qui pourraient rencontrer des difficultés matérielles, sociales ou autres au cours de leur isolement. Ces cellules travailleront en réseau avec les collectivités territoriales et le monde associatif, et contacteront les personnes qui auront exprimé un besoin d’accompagnement.
En cas de risque de foyer épidémique ou de dépistage d’un cas positif dans un lieu particulièrement sensible, l’Agence régionale de santé pourra, en concertation avec la préfecture et la commune concernée, projeter des équipes mobiles afin de procéder rapidement à des dépistages plus larges et d’envisager d’autres mesures.
Il faut enfin rappeler que des campagnes de dépistages spécifiques ont déjà été engagées depuis plusieurs semaines, en particulier dans les EPHAD.
Ces dépistages reposent sur une capacité de prélèvement et de test dans le département en croissance rapide, permettant en principe, sur la base de différents laboratoires, d’en réaliser environ 6000 par semaine à compter de la semaine prochaine, et plus encore les semaines suivantes.
Cette capacité contingentée de test doit être réservée à cette stratégie , plutôt qu’à des démarches unilatérales de dépistage. Son but est d’obtenir la plus grande efficacité dans le traitement de la situation des personnes susceptibles d’être porteuses du virus et de celles qu’elles ont pu fréquenter dans des conditions de nature à les exposer significativement. Il s’agit à la fois d’une mise à l’abri volontaire et d’une prise en compte ciblée des risques afin de limiter la circulation du virus.
Enfin, cette démarche ne peut pas réussir si par ailleurs chacun d’entre nous n’observe pas scrupuleusement les gestes barrières et de  istanciation physique.

Préfecture de l’Aisne

COVID 19 :  Stratégie de déconfinement - Message du Préfet du 09/05/2020

Chers concitoyens axonais,

nous allons entrer le lundi 11 mai dans une nouvelle étape, celle de la sortie progressive du confinement.
Grâce à vos efforts, en soutien de l’engagement remarquable de notre système de santé, en soutien des efforts de tous les acteurs, publics et privés, qui ont permis la continuité de la vie de la Nation, le confinement a produit des résultats.
Nos soignants ont tenu, la société a tenu, l’État a fait face dans le pilotage de cette crise, comme vous tous. Le temps viendra de tirer des leçons, mais nous pouvons être fiers de notre mobilisation.
Le bilan est certes lourd, et nos pensées vont vers ceux qui ont été endeuillés ou éprouvés par l’épidémie, mais l’évolution est favorable, bien que lente et fragile encore.
Nous pouvons donc envisager un processus de retour vers une vie non pas normale, mais une vie moins contrainte où la présence du virus n’a pas été éliminée.
La prochaine étape doit donc être vue comme une sorte de sas après le confinement au cours duquel, si nous souhaitons éviter un retour en arrière, il est indispensable de suivre deux grandes règles de comportement individuel et collectif :
- d’abord, appliquer en permanence les gestes barrières, dont le nettoyage très régulier des mains et la distanciation physique, en respectant notamment les aménagements qui seront prévus dans divers espaces.
Le port du masque n’est qu’une mesure complémentaire, qui n’a d’efficacité que s’il est bien utilisé, en se lavant les mains avant et après son usage, en ne le touchant pas, en couvrant avec en permanence son nez et son menton.
Le port du masque sera obligatoire dans les transports en commun, sous peine d’un refus d’accès et d’une amende de 135 euros. Il est vivement recommandé dans les commerces, qui peuvent l’exiger, et dans les circonstances où la distanciation physique n’est pas garantie.
Même s’il peut y avoir des difficultés initiales d’ajustement entre l’offre et la demande de masques, vous en trouverez rapidement en nombre dans différents lieux.
L’État assure l’approvisionnement des acteurs du secteur social et de la santé, celui de ses personnels, celui des personnes exclues, mais aussi celui des petites entreprises et communes s’il y a des besoins. Il finance la moitié du coût des masques acquis par les communes, départements et régions.
- La seconde règle de comportement est de limiter encore au maximum nos interactions car le virus circule avec nous. Ce doit être particulièrement le cas pour les personnes âgées ou fragiles, dont nous avons constaté qu’elles étaient plus exposées aux formes sévères de la maladie.
Pour limiter ces interactions, nous devons encore restreindre nos sorties et privilégier d’autres formes d’organisation du travail, dont le télétravail.
Afin de contenir les risques de brassages, certains lieux demeureront fermés, comme les restaurants, les salles de spectacle ou de sport, ou interdits d’accès, comme les lacs. Les rassemblements resteront interdits de façon générale.
Et il faudra disposer d’une attestation et d’un justificatif de domicile pour les déplacements hors du département à plus de 100 km du lieu de résidence, qui sont possibles uniquement, sous peine d’une amende de 135 euros, pour des nécessités professionnelles ou des motifs familiaux impérieux.
Vous le savez, l’Aisne, avec tout le quart nord-est de la France, est classée en catégorie rouge : il ne s’agit pas d’une notation mais d’un indicateur lié à l’historique de l’épidémie, puisque nous étions proches des foyers initiaux, et à sa présence. Tous les départements sont concernés par le coronavirus, mais il existe une différence de degré pour ceux aujourd’hui en rouge :
- certaines mesures ne pourront pas s’y appliquer encore, comme la reprise des collèges ou la possibilité de fréquenter les parcs et jardins ;
- c’est ensuite un signal nous invitant à plus de vigilance encore dans les mesures à prendre, qui pourront être renforcées localement par les maires ou moi-même, ainsi que dans nos comportements ;
- c’est enfin une grille d’interprétation pour l’étape suivante, dans trois semaines, car si la tendance favorable se poursuit et nous permet d’arriver à la catégorie en vert, nous pourrons réduire encore, à ce moment, les restrictions actuelles.
Le confinement, comme dans beaucoup d’autres pays, était une mesure d’urgence nécessaire. Mais il a eu d’autres impacts sanitaires, sociaux et économiques. C’est pourquoi, avec l’amélioration, qui n’est pas irréversible, de la situation, nous devons, après deux mois, en sortir dans les conditions que je viens d’évoquer.
Nous allons aussi nous efforcer de dépister les personnes qui ont des symptômes, retracer leurs contacts étroits et inviter toutes ces personnes à s’isoler, dans une forme de confinement volontaire et sélectif visant à casser les chaînes de transmission du virus.
Une organisation a été mise en place pour cela, et nous vous demandons de contacter votre médecin si vous présentez des symptômes.
Nous devons trouver en permanence le juste équilibre entre prévention sanitaire et reprise de nos activités.
C’est le cas de la reprise scolaire, avec un mouvement bien amorcé, qui privilégie les conditions de santé et une démarche progressive et de dialogue. Je remercie les maires pour leur engagement auprès de l’État.
C’est le cas de notre économie, qui reprend dans des conditions difficiles mais de plus en plus dynamiques, et pour laquelle l’État, comme dans d’autres domaines, a prévu des mesures de soutien sans précédent.
Ce juste équilibre nécessite des adaptations rapides, de la résolution et une solidarité entre nous, dont je salue les nombreuses manifestations qui se sont déjà exprimées.
Je sais que nous aborderons cette nouvelle phase avec la volonté de servir la France dans l’esprit d’union et de responsabilité.
Ziad KHOURY
Préfet de l’Aisne

COVID 19 : AUTORISATION D’OUVERTURE DES MERCERIES POUR FACILITER LA CONFECTION DE MASQUES NON MEDICAUX - 24/04/2020

Une modification réglementaire parue au Journal Officiel aujourd’hui autorise l’ouverture des commerces de détail de textiles en magasin spécialisé (de type merceries). L’objectif est notamment de faciliter l’approvisionnement en tissus et en articles nécessaire à la confection de masques à usages non médicaux.
Ces magasins, qui ne pouvaient fonctionner jusqu’à présent que pour les activités de livraison et de retrait de commande, sont désormais  autorisés à recevoir du public dans le strict respect des gestes barrières, en particulier par la régulation des accès afin d’assurer la distanciation physique.
Cette autorisation ne concerne donc pas les magasins d’habillement.
Liste indicative et non exhaustive de professionnels concernés pour le Pays du Laonnois:

• Mercerie de Vaux, 36 r Eugène Leduc, 02000 LAON
• Textiloisirs, rue Jean Jaurès, 02000 CHAMBRY

Préfecture de l’Aisne

18/04/2020 COVID 19 : CONTINUITÉ DU SERVICE PUBLIC DES PERMIS DE CONSTRUIRE DANS L’AISNE

Pendant la période de crise sanitaire, les services de l’urbanisme continuent à fonctionner dans 95 % des collectivités locales ainsi que dans les services de l’État. Cette continuité permet aux porteurs de projets publics ou privés d’obtenir les permis de construire nécessaires à la réalisation de leurs projets de constructions et d’aménagement.
À la direction départementale des territoires, le service de l’urbanisme assure en télétravail la continuité de ce service pour délivrer les autorisations relevant de la compétence de l’État.
L’ensemble des dossiers en cours de traitement représente un total de 238 demandes d’urbanisme, dont 92 permis de construire, 13 permis d’aménager ou de démolir, 85 déclarations préalables, 48 certificats d’urbanisme.
À mi-avril, 33 de ces dossiers sont arrivés au terme de leur instruction depuis le début du confinement, donnant lieu à des décisions d’urbanisme proposées à la signature des maires ou du Préfet.
Sur la même période, de nouvelles demandes d’urbanisme sont déposées chaque semaine : depuis le 17 mars, 123 nouveaux dossiers.


Préfecture de l’Aisne

07/04/2020 COVID 19 : RAPPEL : INTERDICTION D'ACCÈS AUX PARCS, JARDINS, BERGES ET FORÊTS

Depuis le 20 mars, les accès aux parcs, jardins, espaces forestiers, cheminements des berges de rivières, fleuves, lacs et plans d'eau artificiels, qu’ils soient publics, ou privés mais ouverts à la circulation publique, sont interdits.
Afin de mieux garantir le respect des mesures de confinement et d’éviter les rassemblements, cette interdiction demeure valable en vertu d’un arrêté préfectoral qui l’a prolongée jusqu’au 15 avril, avec des exceptions strictes liées à la nécessité d’emprunter ces lieux afin de rejoindre son domicile ou pour y exercer son activité professionnelle.
Cette interdiction s’applique même aux déplacements brefs ou à proximité du domicile.
Tout contrevenant s’expose à une sanction pénale.

Préfecture de l’Aisne

31/03/2020 : COVID 19 : LUTTE CONTRE LES VIOLENCES INTRAFAMILIALES

Le contexte particulier du confinement, indispensable à l’endiguement de la pandémie de Covid-19, peut avoir
un impact sur les violences intrafamiliales. Des solutions existent pour les victimes.

Le 3919 pour les femmes victimes de violences
Les femmes victimes de violences peuvent contacter le 3919. Gratuit et anonyme, ce numéro de téléphone reste
accessible dans le contexte actuel de 9h à 19h du lundi au samedi. Il propose une écoute, il informe et il oriente
vers des dispositifs d'accompagnement et de prise en charge. Il garantit l'anonymat des personnes appelantes.

Composer le 17 en cas d’urgence
Pour tout cas de danger grave, il convient de contacter le 17, qui doit être le moyen de contact utilisé en cas
d’urgence. Les services de police et de gendarmerie ont été sensibilisés à cette problématique dans le contexte
actuel, et restent mobilisés

Engagement des pharmacies
Le ministère de l’Intérieur a convenu avec l’Ordre des pharmaciens d’un dispositif complémentaire pendant
cette période de confinement permettant aux victimes de violences intra-familiales de se rendre en pharmacie à
des fins d’alerte sur une situation, alerte qui sera relayée auprès des forces de l’ordre.
Ce dispositif va permettre une alerte discrète vis-à-vis de la personne violente et une prise en charge rapide des
victimes. Une signalétique pourra être apposée par les pharmaciens sur la porte de leur officine pour prévenir de
l’existence de ce dispositif.

Les accueils de victimes et de leurs enfants dans les hébergements
Pour les personnes victimes de violences conjugales et qui veulent fuir, il convient d’appeler le 115 pour
bénéficier d’un hébergement d’urgence, des capacités restant disponibles.

Préfecture de l’Aisne


24/03/2020 - COVID 19 : RENFORCEMENT DES MESURES DE RESTRICTION DES DÉPLACEMENTS

Restrictions de déplacements :
La loi parue au Journal officiel aujourd’hui renforce les sanctions en cas de violation des mesures de restriction de déplacements dans le cadre de la lutte contre l’épidémie du Covid 19 : la contravention est portée de 135 à 1500 euros en cas de récidive dans les 15 jours, et à 3750 euros et 6 mois d’emprisonnement à la quatrième contravention dans une durée de 30 jours. La police municipale peut également verbaliser ces infractions.
Un décret paru ce jour au Journal officiel précise et renforce les limitations des déplacements, qui ne sont possibles que dans les cas suivants, jusqu’au 31 mars à ce stade :

• Trajets entre le domicile et le ou les lieux d’exercice de l’activité professionnelle et déplacements professionnels insusceptibles d’être différés ;
• Déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle et des achats de première nécessité dans des établissements dont les activités demeurent autorisées ;
• Déplacements pour motifs de santé à l’exception des consultations et soins pouvant être assurés à distance et, sauf pour les patients atteints d’une affection de longue durée, de ceux qui peuvent être différés ;
• Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance des personnes vulnérables et pour la garde d’enfants ;
• Déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, liés soit à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie;
• Déplacements résultant d’une obligation de présentation aux services de police ou de gendarmerie nationales ou à tout autre service ou professionnel, imposée par l’autorité de police administrative ou l’autorité judiciaire ;
• Déplacements résultant d’une convocation émanant d’une juridiction administrative ou de l’autorité judiciaire ;
• Déplacements aux seules fins de participer à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative et dans les conditions qu’elle précise.

L’objectif n’est pas la verbalisation mais le respect par tous de la règle afin de sortir le plus vite et le moins gravement possible de cette épidémie en cassant la propagation du coronavirus. Il est donc fait appel à la responsabilité et à la solidarité de chacun.
Les personnes doivent pouvoir justifier de leur déplacement, notamment en ayant rempli l’attestation prévue à cet effet, et en y mentionnant l’heure de sortie, sauf pour les cas de déplacement(s) professionnel(s).


Marchés

Le décret paru ce jour interdit en outre la tenue des marchés, couverts ou non, sauf dérogation préfectorale après avis du maire, pour les marchés qui répondent à un besoin d’approvisionnement de la population et si les conditions de leur organisation le permettent.

La Préfecture de l’Aisne


20/03/20
COVID 19 : INTERDICTION D’ACCÈS AUX PARCS, JARDINS, BERGES ET FORÊTS


Interdiction d’accès aux parcs publics et espaces naturels et forestiers
Dans le cadre du strict respect des mesures de restriction des déplacements, Ziad Khoury, préfet de l’Aisne a pris un arrêté ce vendredi 20 mars 2020 interdisant l’accès aux parcs, jardins, espaces forestiers, cheminements des berges de rivières, fleuves, lacs et plans d'eau artificiels, qu’ils soient publics, ou privés mais ouverts à la circulation publique.
L’accès reste autorisé pour les personnes qui seraient tenues de les emprunter, munies de justificatifs, pour rejoindre leur domicile ou y exercer leur activité professionnelle, ou sur autorisation préfectorale spécifique.
Les mesures de l’arrêté s’appliquent jusqu’au 31 mars 2020.

Tout contrevenant s’expose à une sanction pénale.

Contrôles des déplacements
Aujourd’hui, les forces de l’ordre ont dressé 181 contraventions de 135 euros, et près de 400 depuis mardi. Cela reflète la persistance d’un manque de discipline de quelques-uns au détriment de tous.
C’est pourquoi, aucune tolérance ne sera appliquée. Il nous faut être disciplinés, unis et solidaires dans cette situation exceptionnelle.
Pour rappel, les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et uniquement à condition d’être systématiquement muni d’une attestation (modèle à télécharger sur les sites officiels ou manuscrite sur papier libre), accompagnée de tout autre justificatif utile, en particulier de l’employeur
(modèle également téléchargeable)

La préfecture de l’Aisne


COVID 19
RECUEIL DES QUESTIONS RELATIVES À LA MISE EN OEUVRE DES MESURES GOUVERNEMENTALES

Face à la crise sanitaire que traverse notre pays, et à ses diverses conséquences sur la vie quotidienne, vous pouvez avoir des questions pratiques et des besoins d’information. Il existe pour cela de nombreux moyens, qu’il s’agisse des sites internet officiels gouvernementaux ou locaux, dont celui de la préfecture, et des numéros de renseignement nationaux ou régionaux mis en place.
Vous pouvez aussi vous adresser aux services locaux de l’État, par les moyens de contact électroniques ou téléphoniques habituels, dans la mesure où une continuité des services publics est assurée.
Afin de faciliter davantage encore la réponse à vos demandes non sanitaires, Ziad Khoury, préfet de l’Aisne, a décidé d’ouvrir, en complément, une boîte électronique dédiée vers laquelle vous pourrez envoyer vos messages : pref-covid19@aisne.gouv.fr
Pour mémoire, un numéro vert national répond à vos questions sur le Coronavirus – COVID-19 en permanence, 24h/24 et 7j/7 : 0 800 130 000 ou sur https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus
Pour les cinq départements de la région Hauts-de-France, une cellule d’information du public est ouverte au 03 20 30 58 00, tous les jours de semaine de 9h à 19h et de 8h30 à 19h le week-end.
Attention, ces plateformes téléphoniques ne sont pas habilitées à dispenser des conseils médicaux :

Si vous avez des symptômes (toux, fièvre) qui font penser au Covid-19 : restez à domicile, évitez les contacts, appelez un médecin avant de vous rendre éventuellement à son cabinet. Vous pouvez également bénéficier d’une téléconsultation.

• Si les symptômes s’aggravent avec des difficultés respiratoires et signes d’étouffement, appelez le SAMU- Centre 15.

La préfecture de l'Aisne